Question:
Une brèche de noyau de distorsion holographique peut-elle détruire un vrai navire?
Matt
2018-02-12 04:39:26 UTC
view on stackexchange narkive permalink

En supposant que les protocoles de sécurité sont désactivés, y a-t-il des preuves qu'une brèche de noyau de distorsion holographique pourrait détruire le vaisseau? Je ne trouve pas de réponse canonique à cela, donc les médias étendus sont également acceptables.

Je suis curieux après avoir regardé l'épisode Voy: Pire scénario (S3: E25 ). Cet épisode suggère que la réponse est non, mais d'autres épisodes où des dommages au navire avec les protocoles de sécurité désactivés impliquent - oui.

Modifier : il n'est pas nécessaire que ce soit un navire la même taille étant projetée, (il n'y a donc pas de problème de puissance avec le vaisseau réel projetant un noyau avec la même puissance de sortie), cela pourrait être un runabout, ou juste une torpille. Nous savons que même une torpille peut détruire un navire si elle explose à l'intérieur.

Je pense que les protocoles de sécurité ne s'appliquent qu'aux personnes / objets à l'intérieur du holodeck.Rappelez-vous que les hologrammes ne peuvent pas exister en dehors de lui (du moins, non sans modifications importantes).Cependant, j'ai du mal à comprendre pourquoi le holodeck ne produirait pas seulement de la lumière, du son et un peu de chaleur.Cela ne produirait pas une véritable explosion.
intéressant comme dans * The Killing Game * où l'Hirogen a transformé le navire entier en une série de Holodecks, dans le pont de la Seconde Guerre mondiale faisant exploser le QG nazi avec des explosifs holodeck exposés plusieurs étages du Voyager.Cependant, l'Hirogen avait équipé une plus grande partie du navire d'émetteurs holo, donc les dommages auraient pu être dus au fait que tout le navire était un holodeck géant
@Memor-X Oui, je soupçonne que les Hirogen n'étaient pas si soucieux de garder les choses contenues.En outre, nous parlons d'explosifs conventionnels (plastique) que le holodeck aurait vraisemblablement pu fabriquer, à la manière d'un réplicateur de nourriture.
@Tim, IIRC l'holodeck produit des champs lumineux, sonores et de force.Les champs de force lui permettent de produire l'illusion que vous touchez quelque chose solide (ou vice versa). Espérons que les concepteurs ont établi des limites raisonnables sur la force que les champs peuvent appliquer.
Six réponses:
#1
+26
Ummdustry
2018-02-12 04:45:38 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Non: la raison pour laquelle les brèches du cœur de distorsion peuvent endommager les navires est qu'elles libèrent une énorme quantité d'énergie en très peu de temps. Cependant, il y a vraisemblablement une puissance de sortie maximale pour les émetteurs holographiques de l'holo-deck qui serait beaucoup plus faible, d'une part parce qu'il n'est tout simplement pas nécessaire d'utiliser autant d'énergie pour cela et d'autre part parce que sinon, des émetteurs holographiques seraient utilisés comme armes.

Cela étant dit, il est toujours possible pour un émetteur holographique de faire des dégâts à un vaisseau, surtout s'il est ciblé sur un sous-système spécifique.

+1, j'aime la logique derrière votre réponse, mais il n'est pas nécessaire de projeter un navire de la même taille.Imaginez un runabout projeté par un vaisseau de classe galaxie.
@Matt: La taille du navire projeté n'a pas d'importance.Le holoroom n'est qu'à quelques mètres de côté.
@Joshua la taille est importante, le holodeck est assez grand pour projeter un noyau de distorsion pour un petit vaisseau comme un runabout, une navette ou même le noyau du rebelle.ces vaisseaux ont des noyaux plus petits que la taille de la pièce et sont également moins puissants que le noyau de distorsion alimentant l'holodeck.Ainsi, la création de ces noyaux nécessiterait moins d'énergie que le noyau des navires ne pourrait en générer
Je suis à peu près sûr qu'il y a eu des épisodes où les holo-émetteurs se surchargent lorsque le holodeck pense qu'il est censé se détruire sans les sécurités.AUSSI, quelque chose à noter sur la raison pour laquelle la brèche du noyau de distorsion elle-même est "si destructrice" - l'antimatière.Une partie du fantasme de Star Treks est que l'antimatière et la matière peuvent interagir de manière stable.Techniquement, lorsque l'antimatière et la matière interagissent, ce n'est pas de la destruction - c'est une annihilation.Les DEUX ensembles de matériaux se touchent et cessent d'exister, équilibrant l'énergie de l'autre d'une manière que les explosions ne font que détruire TOUTES les matières affectées.
@matt Il ne s'agit pas de la taille du noyau de distorsion holographique, mais de la libération d'énergie en cas de violation.Une véritable brèche peut produire une énorme quantité d'énergie.Une brèche holographique ne peut produire autant d'énergie que les émetteurs peuvent simuler avant de se surcharger.Étant donné que les émetteurs sont alimentés par un noyau de distorsion normal (et non un noyau explosif), ils seraient limités par celui au maximum.Cela ne veut pas dire qu'ils ne peuvent pas simuler quelque chose qui pourrait détruire le navire.
#2
+11
Kevin
2018-02-12 12:43:49 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Comme plusieurs autres réponses l'ont expliqué, il est peu plausible que les émetteurs holographiques qui conduisent l'holodeck émettent les niveaux d'énergie qui correspondent à une brèche de cœur de distorsion. Les brèches du noyau de distorsion sont des événements d'annihilation de matière / antimatière, et donc ridiculement énergiques même selon les normes astronomiques.

Cependant, la question s'est maintenant élargie pour inclure d'autres moyens de détruire un navire via un hologramme. Il est tout à fait possible que les hologrammes endommagent le vaisseau, et même provoquent des brèches dans le noyau de distorsion, au moins indirectement:

WORF [OC]: Security to Doctor Crusher. Évacuer. Répétez, évacuez. Les émissions de radiations sont indiquées à l'infirmerie.
(Alors que Beverly et sa patiente partent, un trou est brûlé dans la cloison sous un bureau. Plus tard, les dommages sont examinés)
DONNÉES: C'est certainement le même rayonnement qui a pénétré pont trente-neuf. Très concentré, très puissant mais d'origine inconnue.
LAFORGE: Si cela se produit dans le noyau du moteur ou dans les réservoirs de confinement anti-matière , nous aurons de gros problèmes, Capitaine.
[...]
LAFORGE: Depuis plusieurs heures, l'Entreprise subit des sursauts de radiation inhabituels. Nous les avons identifiés comme des ondes Krieger.
TAYNA: Des ondes Krieger? Mais c'est impossible. D'où?
LAFORGE: D'ici. À l'intérieur du holodeck.
PICARD: Nous avons recréé votre laboratoire scientifique dans tous les détails imaginables. Essentiellement, ce qui était dans le laboratoire original est ici.
LAFORGE: Y compris le convertisseur d'ondes Krieger qui, selon le docteur Apgar, ne fonctionnait pas. Sauf que ça marche.
PICARD: Votre générateur de champ à la surface de la planète a envoyé des charges d'énergie inoffensives, que ce fac-similé a converti en ondes de Krieger.
RIKER: Mais le holodeck ne peut pas créer quelque chose de dangereux.
LAFORGE: Eh bien, non. Quand on passe à l'essentiel, le convertisseur n'est rien de plus qu'une série complexe de miroirs et de bobines réfléchissantes. L'énergie du générateur de champ sur la planète se reflète simplement sur les éléments du convertisseur, ce qui la transforme en ondes de Krieger hautement focalisées.
PICARD: Et ces mêmes ondes ont frappé au hasard différentes zones de notre vaisseau alors que nous orbitions autour de la planète et notre angle avec le générateur change.

Star Trek: La nouvelle génération Épisode 3x24 "Une question de perspective"

Je suppose «le holodeck ne peut rien créer de dangereux» se rapporte aux protocoles de sécurité notoirement peu fiables du holodeck, que l'OP nous a demandé d'ignorer. Puisque les ondes d'énergie et le convertisseur sont décrits comme inoffensifs, je ne vois aucune raison pour laquelle un holodeck ne pourrait pas créer l'un ou l'autre (et en effet, il crée le convertisseur de la moitié de cet arrangement dans l'épisode). Ainsi, un holodeck défectueux devrait pouvoir créer ces deux éléments, leur permettre d'interagir les uns avec les autres et potentiellement détruire un navire.

#3
+9
Xantec
2018-02-12 06:13:44 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Il est peu probable qu'il y ait une puissance explosive réelle dans une brèche de noyau de distorsion holographique. Je suis presque sûr que l'anti-matière ne peut pas être reproduit, donc il n'y aurait rien à exploser. Bien que je ne puisse penser à aucune référence de canon pour confirmer. Dans ce cas, cependant, les dommages les plus importants qui pourraient survenir seraient aux émetteurs holographiques eux-mêmes, si le système était truqué pour surcharger au moment de la brèche virtuelle.

En ce qui concerne l'épisode Voyager cité, le La raison pour laquelle les explosifs holodeck sous l'infirmerie ont causé des dommages réels est qu'ils étaient de véritables explosifs et non des hologrammes. Les produits chimiques utilisés dans une bombe portative de l'époque de la Seconde Guerre mondiale avec une minuterie mécanique seraient relativement simples à reproduire, et avec les systèmes de sécurité désactivés, l'holodeck en créerait de vrais. Par conséquent, cette bombe pourrait exister à l'extérieur du holodeck et causer de réels dégâts. Comme lorsque Picard a tiré sur le Borg sur le holodeck dans First Contact.

Comme nous le voyons dans TNG Encounter à Farpoint, des objets simples sont en fait répliqués et interagiront physiquement avec le monde réel.

RIKER: Je ne pensais pas que ces simulations pouvaient être aussi réelles.
DATA: Une grande partie est réelle, monsieur. Si les transporteurs peuvent convertir notre corps en un faisceau d'énergie, alors revenons au modèle d'origine à nouveau
RIKER: Oui, bien sûr. Et ces roches et cette végétation ont des motifs beaucoup plus simples.
DONNÉES: C'est exact, monsieur. Le mur du fond.
RIKER: Je ne peux pas le voir.
DATA: Nous sommes juste à côté. (Il lui lance une pierre et l'image se pixellise à l'impact)

Je ne pensais pas que les explosifs de la Seconde Guerre mondiale avaient été répliqués (je supposais qu'ils étaient holographiques), vos arguments ont plus de sens: donc, s'ils ne sont pas reproduits, ils ne peuvent pas endommager le navire (même avec les sécurités désactivées).Je ne pense pas non plus que l'antimatière puisse être reproduite, vous avez donc d'excellents points.
Vous semblez vous concentrer sur les composants nécessaires à une brèche de noyau de distorsion.Cela implique que les matériaux holographiques créeraient de véritables explosions.Cependant, ce n'est pas le cas.Dans l'épisode * TNG * [A Matter of Perspective] (http://memory-alpha.wikia.com/wiki/A_Matter_of_Perspective_ (épisode)), LaForge et Data exécutent une simulation pour un groupe de taille décente qui les amène à déclencher délibérémentune grosse explosion.Tout le monde vit parce que * l'explosion * était également holographique.Ainsi, la capacité de l'holodeck à reproduire l'antimatière est sans objet, sinon les participants mourraient toujours d'une véritable explosion.
Sauf que les sécurités du holodeck étaient activées, si une véritable explosion s'était produite, le holodeck aurait pris des mesures pour protéger les occupants, comme les systèmes d'extinction d'incendie.Pour citer votre épisode: RIKER: Mais le holodeck ne peut rien créer de dangereux. LAFORGE: Eh bien, non.Lorsque vous passez à l'essentiel, le convertisseur n'est rien de plus qu'une série complexe de miroirs et de bobines réfléchissantes.L'énergie du générateur de champ sur la planète se reflète simplement sur les éléments du convertisseur, ce qui la transforme en ondes de Krieger hautement focalisées.
Quoi?Cela n'a pas de sens.Le système d'extinction d'incendie du navire n'a rien à voir avec les hologrammes car la station holographique dans laquelle ils se trouvaient a été ** détruite **.Tout système d'extinction d'incendie serait un système distinct.Ce qu'ils ont vécu était une explosion holographique.Lorsque des personnes sont blessées par des explosions, il s'agit autant de la force de commotion que de la chaleur.De plus, votre citation ne s'applique pas vraiment ici car elle fait référence à quelque chose d'un peu différent: des dommages que la véritable Enterprise-D subissait pour des raisons faisant partie intégrante de l'intrigue.
@Ellesedil en fait, cela a du sens, nous savons que l'eau est répliquée sur le holodeck de TNG (donc sa vraie eau), mais vous ne pouvez pas vous noyer dedans avec les sécurités.Cela implique que les projecteurs font «quelque chose» pour empêcher les dommages causés par des dangers «réels».
@Matt: C'est au programme informatique de décider quoi simuler.Ce n'est pas seulement que l'ordinateur fait «quelque chose» pour protéger les participants.C'est que l'explosion * n'est pas réelle *.Considérez cela sous un angle différent: s'il s'agissait d'une véritable explosion, alors l'ordinateur devrait détourner de l'énergie et disposer d'une technologie suffisante pour empêcher l'explosion de déplacer ne serait-ce qu'une seule mèche de cheveux de la tête de Data.Ou bien, l'explosion est un hologramme, fait de champs de force et de lumière, et l'ordinateur change simplement la géométrie du champ de force afin qu'elle n'affecte personne.Qu'est-ce qui est le plus efficace?
@Ellesedil Regardez l'épisode 3x24 de TNG "A Matter of Perspective", la simulation est holographique mais l'explosion EST réelle car l'énergie provenait de la planète (l'holodeck projetait juste une série de miroirs pour convertir cette puissance), donc l'explosion était aussiréel comme celui qui a détruit la «station actuelle».Ce que je veux dire, c'est que le holodeck peut et protège à nouveau des menaces réelles, donc s'il peut générer des menaces réelles comme de l'eau répliquée (ce qui est plus facile que de simuler apparemment), il doit donc également intervenir pour sauver la vie de quelqu'un si nécessaire du `` réel' des menaces
@Matt: J'ai déjà cité cet épisode ici dans les commentaires.Cette explosion n'est pas réelle, malgré la centrale électrique de la planète générant les ondes de Krieger.Les vagues ne sont que le déclencheur: c'est le réacteur de la station qui explose.La station, y compris son réacteur, n'est qu'un hologramme, et la simulation informatique a réagi de la façon dont elle a été programmée pour le faire, imitant au mieux la station réelle.
#4
+2
Corey
2018-02-12 08:00:27 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Je soupçonne qu'il y a une certaine confusion implicite dans cette question basée sur l'utilisation du mot "holographique" qui dans l'usage normal se réfère uniquement à des images projetées. Dans l'univers de Star Trek, un émetteur d'hologramme peut produire et manipuler des champs de force qui permettent aux images d'interagir avec des objets physiques. Le Docteur dans Voyager est capable de manipuler les outils physiques du medbay et d'interagir physiquement avec ses patients, mais peut également passer à travers des objets physiques s'il le souhaite.

Alors que l'effet de transporteur est mentionné par Data dans le conversation citée par Xantec, le fait est qu'il est beaucoup plus simple et plus économe en énergie que les champs de force produisent les effets physiques que de créer de la matière - sans aucun des effets apparents des transporteurs ou des synthétiseurs - puis de manipuler cette matière .

Étant donné la capacité de projeter et de manipuler les champs de force de toutes les manières souhaitées, le logiciel supportant les émetteurs holo serait naturellement optimisé pour produire les plus petits champs nécessaires. Si le médecin veut vous serrer la main, tout ce qui est nécessaire est un champ qui a exactement la forme et la taille de la zone que vous allez toucher, plutôt que d'essayer de produire un champ de force qui est la taille et la forme de toute la surface extérieure du médecin. Cela nécessiterait beaucoup moins d'énergie et une capacité beaucoup plus petite de la part du projecteur.

Il est alors raisonnablement sûr de supposer que la puissance totale d'un seul émetteur holo aurait une capacité totale assez limitée pour générer des champs de force . Bien que nous ne puissions pas être certains de la quantité totale de force qui peut être générée, nous savons qu'elle doit être assez petite - le docteur se révèle être très fort mais pas capable de prouesses extrêmes de force, les constructions sur le holodeck sont capables de supporter le poids de plusieurs membres d'équipage, etc.

Comme mentionné dans d'autres réponses, il y a eu des cas d'explosions holo qui ont endommagé le vaisseau. Dans ce cas, les émetteurs holo utiliseraient leur capacité de génération de champ de force pour créer les effets physiques de l'explosion en appliquant une force aux endroits appropriés. Les seules limites sont alors la puissance physique totale qui peut être générée par les émetteurs et les limites de portée des générateurs de champ de force de l'émetteur.

Il est probablement prudent de supposer qu'une explosion du cœur de distorsion serait en dehors de la portée du possible effets, mais beaucoup de dégâts pourraient encore être produits localement. Pas assez pour détruire complètement un navire, mais assez pour faire des dégâts importants. Si le logiciel était réglé pour produire le plus de dégâts possible, il pourrait économiser une grande partie de l'énergie qu'il aurait utilisée pour pousser l'air et ainsi de suite pour maximiser les dégâts réels au vaisseau.


J'ai peut-être mal interprété la question. Si tout le vaisseau est une projection holographique, toutes les limites sortent de la fenêtre. Oui, une faille simulée du noyau de distorsion peut détruire un vaisseau simulé. La projection elle-même peut être modifiée comme vous le souhaitez, seul l'effet de l'explosion sur les objets physiques qui l'entourent est limité.

#5
+1
user208769
2018-02-12 19:10:26 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Je vais aborder cela d'une manière différente. D'autres ont discuté des explosifs de dynamite holosuite et de l'équipement holographique pour convertir différentes émissions. Que diriez-vous d'une bombe atomique (à fusion) holographique?

En supposant que l'holodeck puisse manipuler de vrais atomes d'hydrogène pour produire les isotopes requis, entrer l'énergie nécessaire pour créer la fusion, puis faire exploser la bombe - je ne le fais pas ' Je ne sais pas quel rendement maximum un holodeck TNG standard pourrait produire, mais je suppose qu'il est immense.

Donc je ne pense pas que vous auriez besoin d'un noyau de distorsion pour faire exploser un navire.

Mais si vous vouliez une explosion du cœur de distorsion, vous ne pouviez pas vous éloigner des principes de base. Potentiellement, le holodeck pourrait "projeter" l'équipement nécessaire pour produire l'antimatière à partir des éléments de base dans l'air (le grand collisionneur de hadrons est juste un gros tube avec des aimants) En supposant qu'il peut générer des champs de confinement suffisamment puissants pour maintenir la sortie, problème résolu .

Le plus gros problème serait les éléments plus exotiques. Une bombe à hydrogène est facile - beaucoup d'hydrogène dans l'air. Mais les holodecks ne peuvent pas produire de dilithium - qui peut être nécessaire comme carburant.

Si vous avez tous les ingrédients bruts nécessaires, qui doit projeter un navire entier? Une explosion basée sur une surcharge de Warp Core nécessite simplement un Warp Core. Ils exploseront à l'extérieur d'un vaisseau assez heureusement, donc aucune raison pour laquelle ils ne pourraient pas exploser à l'intérieur d'une holosuite.

Une autre réflexion concernant la faisabilité: en supposant que la technologie du réplicateur, du transporteur et de l'holosuite sont raisonnablement similaires dans leurs principes de base, lorsque nous avons besoin de faire exploser un noyau de chaîne, nous devons l'éjecter physiquement. Il n'est pas question d'isoler un composant central du système via un transporteur et de le téléporter à une grande distance du navire.

Le dilithium ne peut pas être répliqué (mais je pense qu'il peut être transféré via un transporteur, au moins sous une forme stable), il est donc possible qu'il y ait un autre processus sans nom - peut-être même une forme d'énergie pure - qui est si instable que les transporteurs , et certainement les émetteurs holodeck, seraient complètement incapables de le gérer.


PS: J'ai toujours supposé que la technologie holodeck est avant tout un moteur physique avancé - si on vous donne un revolver holo-projeté, même avec les sécurités désactivées, l'ordinateur calcule les énergies produites par la poudre à canon simulée, la force du recul simulé, la chaleur et la lumière générées par l'explosion et la pression exercée sur la peau du receveur lorsque la balle les traverse. À moins que les sécurités ne soient activées, auquel cas l'ordinateur détermine une force sûre à exercer sur la peau humaine, puis supprime la balle (en fonction des règles de cette simulation particulière - l'utilisateur peut vouloir que les balles rebondissent sur lui, par exemple) .

J'ai toujours supposé que les émetteurs holo pouvaient produire certaines forces et énergies, mais je ne suis pas au courant qu'ils produisent directement des composés, simplement en les simulant. Je me trompe peut-être cependant ...


PPS: Comme indiqué, je me suis concentré sur le "est-ce possible" alors que la question demande des preuves. Il s'avère qu'une surcharge de moteur à impulsion est directement comparée au rendement d'une bombe H lors de la destruction du "Planet-killer" - dans "The making of TNG", une correspondance est à l'énergie nucléaire comme une bombe H est à un noyau de distorsion https://memory-alpha.fandom.com/wiki/Hydrogen_bomb

Malheureusement, comme l'ont montré d'autres réponses, les preuves sont rares - pourtant les suppositions sont nombreuses!

La question était de savoir s'il y avait * "des preuves qu'une brèche de noyau de distorsion holographique pourrait détruire le vaisseau réel?" *.Votre réponse s'est principalement concentrée sur une bombe hypothétique qui peut ou non exploser et non sur la question de savoir si une brèche de noyau de distorsion holographique pourrait détruire un navire lui-même.
#6
  0
DarkCygnus
2018-03-07 13:25:17 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Eh bien, contrairement aux autres réponses, la mienne est différente.

Je pense avoir trouvé des preuves canoniques qui pourraient indiquer que une faille simulée de noyau pourrait endommager un navire . Ou plus exactement, toute explosion simulée suffisamment forte.

Maintenant, il semble que vous regardez Voyager (moi aussi :)), donc attention car c'est un spoiler de plus loin, sur la saison 4, Ep. 18: Le jeu du meurtre, pt. 1:

Donc, à la fin de l'épisode, une explosion simulée s'est déclenchée sur Holodeck 1, comme résultat d'un tir de mortier entrant (comme ils l'étaient sur la Seconde Guerre mondiale) . Les protocoles de sécurité étaient désactivés, car l'Hirogen voulait que ce soit une véritable chasse. Le moment où le mortier a explosé, il a détruit une partie considérable de Holodeck 1 ... cela suggère clairement qu'une explosion plus forte, comme une brèche simulée dans le noyau de chaîne, pourrait causer des dommages plus importants pouvant entraîner la destruction de Le bateau. Dans cet épisode, plusieurs holo-émetteurs ont été installés à travers le navire, auquel cas il est encore plus probable que le navire puisse être endommagé par une telle explosion.

Bien sûr, l'anti-matière ne peut probablement pas être reproduit, mais la force destructrice d'une explosion (qui peut être mesurée dans une unité comme Newtons), quels que soient les éléments réagissant, peut être simulé avec des champs de force et des photons comme le montre cet épisode.

Peut-être qu'il ne reproduit pas directement l'anti-matière, la poudre à canon ou autre chose, mais la simulation peut connaître la force qu'une telle explosion devrait générer et appliquer les champs de force et les ajustements nécessaires pour générer un équivalent force .



Ce Q&R a été automatiquement traduit de la langue anglaise.Le contenu original est disponible sur stackexchange, que nous remercions pour la licence cc by-sa 3.0 sous laquelle il est distribué.
Loading...